A propos, Mon projet

#01monprojet : Hier est le premier jour du reste de ma vie 


(et j’aurai besoin de vous pour les suivants)

Je ne vous apprends rien : nous avons tous vĂ©cu une pĂ©riode difficile. Et il reste Ă  espĂ©rer que le pire est derriĂšre nous. Vous avez sans doute eu cette sensation d’ĂȘtre privĂ© de vos amis et de votre famille. Votre santĂ© a Ă©tĂ© mise en danger. Vos factures d’électricitĂ© et de chauffage ont peut-ĂȘtre explosĂ©es Ă  cause du tĂ©lĂ©travail (vive la Belgique et son climat polaire). Et comme beaucoup, votre travail a Ă©tĂ© mis Ă  l’arrĂȘt, ne fut-ce que temporairement.

C’est en tout cas ce qu’il s’est passĂ© pour moi. 

Je travaille dans une boĂźte de communication. Et la communication, en pĂ©riode de covid, 
 comment dire
 ça ne fonctionne plus. 

Fini les portes ouvertes ou les Ă©vĂ©nements de foule. Fini aussi, les folders promo puisque les magasins “non essentiels” Ă©taient fermĂ©s, et que ceux d’alimentations ne pouvaient plus faire de rĂ©ductions. 

Bref, et je ne suis pas la seule, ma boĂźte a vu sa santĂ© dĂ©cliner. Le second effet kiss-cool de la Covid. Elle n’ Ă©pargne, Ă  de rares exceptions. ChĂŽmage temporaire, restructuration, prĂ©avis 
 Le travail, c’est la santĂ© qu’ils disaient. La covid s’attaque au deux. 

Il reste que chaque piĂšce a deux faces. 

Que c’est dans l’adversitĂ© qu’on peut, et surtout qu’il faut, remettre certaines perspectives en question. 

Beaucoup se sont rendu compte que de tout petits commerces, Ă  deux pas de la maison, proposaient des produits de qualitĂ©. Que le circuit court Ă©tait sĂ»rement la meilleure solution pour tous. Finalement, nous nous sommes rapprochĂ©s de nos voisins, avons explorĂ© nos villes ou nos villages et dĂ©couvert que nous pouvions presque vivre sans en sortir. 

Moins de voitures, un ciel sans avion, une meilleure qualitĂ© de l’air, et peut-ĂȘtre une meilleure qualitĂ© de vie. Une vraie respiration. 

C’est dans ces restrictions forcĂ©es que l’on peut prendre le temps de rĂ©flĂ©chir. Parce qu’en temps normal, on est trop attentif Ă  ne pas se prendre un poteau en slalomant entre les obligations, le travail et les supermarchĂ©s. 

Alors, quand il ne reste plus qu’à avancer lentement et en ligne droite, on prend le temps de regarder le paysage et de se poser des questions existentielles. Et aussi Ă  rĂȘver. Ou Ă  dĂ©terrer d’anciens projets. 

Quand on se retrouve face à un mur, on a plusieurs possibilités : on le contourne, on passe au-dessus, ou on le démolit. Mais il reste toujours la solution de trouver un autre chemin et de faire de jolies découvertes.

Finalement, on peut prendre aussi son Ă©lan en changeant de route. 

Et c’est ce que je m’apprĂȘte Ă  faire. Et mĂȘme si c’est un peu tĂŽt pour en parler, j’aimerais partager ça avec vous.

Car vous ferez partie de cette aventure. Si ça vous dit bien sĂ»r. Ici, sur les rĂ©seaux, mais aussi via ma newsletter (n’hĂ©sitez pas Ă  vous y inscrire si le cƓur vous en dit). 

Me voici donc au tournant. 

Je me lance. 

C’est encore le meilleur moyen de rĂ©ussir. 

Des idées cadeaux originales par K-malice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *